Biographie

    Une présence théâtrale imposante et une musicalité naturelle ont mis en avant la soprano française Jenny Daviet comme un talent polyvalent au répertoire éclectique. 

    Cette saison soulignera son attachement au répertoire français. Elle sera tout d’abord Léna dans la Princesse Jaune de Camille Saint-Saens à l’opéra de Tours avec le Palazetto Bru-Zane, puis la Princesse Angélique dans Les Chevaliers de la Table ronde d’Hervé à l’Opéra d’Avignon.  Par ailleurs, Jenny fera ses débuts en Héro dans Béatrice et Bénédict de Berlioz sous la direction de Francois-Xavier Roth, à l’opéra de Cologne (Allemagne), puis retrouvera le rôle de Léna au Théâtre de Tourcoing. Elle n'en délaisserait pas pour autant le répertoire allemand et fera ses débuts avec Balthasar-Neumann-Ensemble sous la direction de Thomas Hengelbrock dans Ein Deutsches Requiem de Brahms. 

 

    Ancienne membre de l’ensemble de l’Opéra de Rouen, Jenny a eu l’occasion de se constituer un répertoire diversifié comprenant entre autre, Blonde (Die Entführung aus dem Serail), Serpetta (La finta giardiniera) sous la direction d’Andreas Spering, Pamina (Die Zauberflöte), la Seconde woman ( Didon et Énée) et Micaëla (Carmen).

 

    En 2016, Jenny fit des débuts remarqués en tant que Mélisande (Pelléas et Mélisande) pour l’Opera de Malmö, dans une nouvelle production mise en scène par Benjamin Lazar et dirigée par Maxime Pascal. Cette prise de rôle fut unanimement saluée par la critique la sortie du DVD par BelAir Classiques.  

    Parmi les moments forts de sa jeune carrière, on retrouve les Poèmes pour Mi de Messiaen avec le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks sous la direction de Kent Nagano, le rôle de Clorinda dans la Cenerentola de Rossini au Staatsoper de Hambourg, les 4 rôles de Soprano dans Into the Little Hill de George Benjamin au Teatro del Canal de Madrid en collaboration avec le Teatro Real, Pierrot Lunaire pour l’Opéra de Rouen, la Grande Messe en Ut mineur de Mozart dirigée par Claire Gibault, Bouchara de Claude Vivier pour la Kölner Philharmonie ou encore le Requiem de Fauré pour le Festival international Rostropovich à Moscou sous la direction de Kazuki Hamada.

 

    En récital, Jenny a beaucoup chanté avec Les Siècles et François Xavier Roth avec des programmes comprenant Stravinsky, Delage, Mozart, Offenbach ou encore Debussy. 

Elle s’associe très régulièrement au pianiste Alphonse Cemin pour de nombreux récitals, ce spécialisant sur le répertoire allant de la toute dernière partie du XIXe au début du XXe en France & en Allemagne. 

    Tout aussi à l'aise dans le répertoire contemporain, Jenny a créé au cours des dernières saisons El Hombre que amaba a los peros de Fernando Fiszbein pour le Teatro Colon de Buenos Aires et collabore très régulièrement avec l’ensemble Le Balcon.

 

    Jenny Daviet a commencé ses études musicales en tant que pianiste au sein du CRR de Poitiers, avant de rejoindre le Conservatoire à rayonnement régional de Paris sous la direction de Laurence Equilbey.